Pilaf de Boulghour (Yotam Ottolenghi)

 

Là vous vous demandez si  je bloque sur ce chef… presque pas, mais si je cherche une recette originale mais facile, au résultat souvent surprenant mais toujours juste, je reviens chez Yotam Ottolenghi (ça doit être la 7ème du blog, tapez Ottolenghi dans la barre de recherche pour voir les autres, y compris les desserts). Autant vous dire que c’est loin d’être fini.

Normalement, cette recette est réalisée avec du freekeh (variété de blé dur, cueilli avant maturité, faible en gluten, appelé « blé vert ») mais le chef indique « ou boulghour » et comme je n’avais pas trouvé de freekeh au moment de la réalisation de la recette, j’ai boulghourisé. Depuis j’en ai trouvé, qui vient de Jordanie, dans une épicerie près du métro Barbès (une caverne d’Ali Baba, j’y ai aussi trouvé des pistaches d’Iran, de la farine de pistaches d’Iran et plein d’autres choses, bref, je m’égare) :

Pour tout vous dire, ce pilaf est déjà tellement délicieux avec du boulghour que j’ai hâte de le refaire, en version originale, avec du freekeh.

LA LISTE (pour 2 à 4 personnes selon si c’est une garniture ou un plat) :

Pour les mesures, c’est la traduction de teaspoon, en anglais, qui ne sert pas qu’à touiller le thé mais est aussi une mesure. Si vous n’avez pas le jeu de cuillères-mesures anglo-saxonnes (on les trouve partout, maintenant, même dans les hypers au rayon Articles de Cuisine), basez-vous sur une simple cuillère à dessert.

150 g de boulghour (ou freekeh)
2 oignons moyens émincés
25 g de beurre
1/4 de cuillerée à thé de cannelle
1/4 de cuillerée à thé de piment en poudre
27 cl de bouillon de légumes
100 g de yaourt grec (et pas « à la grecque »… méfiez-vous des contrefaçons)
1 petite gousse d’ail écrasée (et comme toujours, si vous avec une Microplane, c’est encore mieux, ça fait une crème d’ail qui s’incorpore mieux aux préparations)
10 g de persil plat )
10 g de menthe      ) finement ciselés
10 g de coriandre )
2 cuillerées à soupe de pignons de pins grillés (rapidement dans une poêle, sans matière grasse) et concassés grossièrement
1,5 cuillerée à thé de jus de citron
sel, poivre noir

Le meilleur bouillon de légumes, c’est celui-ci, en infusion. Oubliez les cubes, bio ou non, vous achetez en fait du sel, finalement très cher au kilo.

ON COMMENCE :

Faites revenir les oignons dans deux cuillerées à soupe d’huile d’olive et le beurre, à feu moyen, en remuant de temps en temps, jusqu’à ce qu’ils brunissent.

Pendant ce temps, faites tremper le boulghour dans de l’eau froide pendant 5 mn, versez dans une passoire, rincez à l’eau courante et laissez bien s’égoutter.

Ajoutez le boulghour et les épices aux oignons, le bouillon, les sel et poivre. Portez à ébullition, couvrez, réduisez le feu au minimum (3/10 pour moi) et laissez mijoter 15 mn. Retirez la casserole du feu et laissez encore 5 mn avant d’ôter le couvercle et de laisser refroidir encore environ 5 mn.

Profitez-en pour faire griller les pignons de pin, dans une poêle, à sec, en tournant. Laissez-les refroidir complètement avant de les concasser grossièrement.

Mélangez le yaourt avec le jus de citron, l’ail et du sel (goutez et rectifiez l’assaisonnement si besoin).

Incorporez les herbes au pilaf tiède. Goutez et ajustez l’assaisonnement. Versez dans les assiettes et garnissez chaque portion d’une belle cuillerée de yaourt. Saupoudrez de pignons de pin, arrosez d’un filet d’huile d’olive et servez sans plus attendre (en même temps, qui a envie d’attendre ?).

Vous pouvez accompagner de grillades de viandes mais ce pilaf se suffit également parfaitement à lui-même, en plat complet végétarien.

 

2 réflexions sur « Pilaf de Boulghour (Yotam Ottolenghi) »

Laisser un commentaire