Morbiflette…, quand le Morbier est à la fête

Un vrai plat cocooning, qui se fait tout seul, dans le four, pendant l'apéro
Un vrai plat cocooning, qui se fait tout seul, dans le four, pendant l’apéro

La Morbiflette, véritable mise à l’honneur de deux stars de la Franche-Comté, le Morbier et la saucisse de Morteau, est en train de faire une rude concurrence à la Tartiflette, trop souvent mise à mal par l’utilisation de fromages industriels à Tartiflette à la place du Reblochon (précision, le Morbier est également parfait pour une raclette).

Soyons clairs, ce plat n’est pas du tout dans la tendance vegan healthy food jus de carottes et graines de chia (fait ch…. le chia), il est simplement authentique, gourmand, réconfortant, pile dans la saison. Il se suffit à lui-même, pas besoin d’entrée, une bonne salade verte, un bon vin d’Arbois, une bonne marche après et voilà (j’en connais qui se voient plus somnoler au coin du feu les pieds sur la table du salon).

LA LISTE pour un plat profond de 22 cm de long
:

500 g de pommes de terre
350 g de Morbier
1 saucisse de Morteau
1 gros oignon
30 cl de crème fraîche liquide de Normandie (oui mais bon hein la crème fraîche franc-comtoise est rare)
20 g de beurre
poivre

ON COMMENCE :

Faire cuire les pommes de terre à l’eau, dans leur peau (ou en « robe des champs », ce qui est plus poétique) et, parallèlement, la Morteau, dans de l’eau bouillante, pendant une vingtaine de minutes. Ne la piquez surtout pas.

Pendant ce temps, faire fondre le beurre dans une poèle, ajouter l’oignon émincé, faire dorer en remuant régulièrement. Petite manie personnelle à chaque fois que je fais fondre, revenir, poireaux, oignons, je verse dans une passoire, je tourne un peu pour bien faire tomber le maximum de gras.

Ensuite, épluchez les pommes de terre, faire des rondelles d’environ 1 cm, idem avec la Morteau, lui ôter la peau et faire des rondelles un petit peu plus fines.

Préchauffez le four à 200°.

ON ASSEMBLE/ON TERMINE :

Tapissez le fond de votre plat de la moitié des oignons, ajouter une couche de rondelles de pommes de terre, encore une couche d’oignons, les rondelles de saucisses, des rondelles de pommes de terre, des lamelles de Morbier, terminer avec la crème fraîche liquide, un petit tour de moulin à poivre.

Le nombre de couches peut varier selon la taille et la profondeur de votre plat. La morbiflette peut également se servir dans des plats ou petite marmites individuels.

seconde couche de pommes de terre
seconde couche de pommes de terre
Juste avant d'enfourner
juste avant d’enfourner

Baissez le four à 180°, enfournez pour une bonne trentaine de minutes (c’est prêt lorsque c’est bien doré).

vous avez prévu quoi pour dimanche ?
vous avez prévu quoi pour dimanche ?

2 réflexions au sujet de « Morbiflette…, quand le Morbier est à la fête »

  1. Miaaaam ! Je confirme que le Morbier est une excellente alternative à la raclette, il lui fait beaucoup d’ombre lorsqu’on mange l’un après l’autre ! Vive les produits de Franche-Comté ! Il sera bien temps ensuite de compenser avec un plat « vegan healthy food jus de carottes et graines de chia »

Laisser un commentaire