Kirsten Tibballs, ce nom ne vous dit peut-être rien, mais si je vous dis que cette chef australienne, qui a représenté son pays aux championnats du monde de pâtisserie, par équipe, y a été proclamée meilleure au monde pour ses chocolats faits à la main, que son surnom est « Queen of chocolate » et, si j’ajoute qu’elle est médaillée d’or et de bronze aux Jeux Olympiques de la pâtisserie, ça vous explique pourquoi j’ai eu envie de réaliser son brownie au chocolat (je devrais dire aux chocolats vu qu’il en contient deux différents) et de le qualifier d’un mot que j’ai souvent vu, au Quebec, associé associé à des desserts particulièrement gourmands, régressifs, addictifs :  DECADENT !! ! c’est le mot, ce brownie est DECADENT  !!!

Je préviens, on est dans du brownie américain authentique, même si la chef est australienne, donc on est dans le beurre, dans le sucre, dans le chocolat noir et, histoire ne ne pas chipoter, on ajoute du chocolat au lait haché pour un fondant et une gourmandise à tomber. Tu es au régime, tu laisses tomber la recette, tu manges une pomme. Tu as un coup de déprime, tu as besoin d’un anti-stress naturel, tu sors les culs de poule et le fouet et tu plonges dans la recette.

Attention, pour obtenir ce qui fait un vrai brownie et qui n’est pas si courant, à savoir le fondant humide au centre et la croute au-dessus, les ingrédients ont des indications précises « cassonnade la plus humide possible » ; sucre glace, à respecter mais, surtout, la cuisson au four en mode « ventilé » qui va dessécher la surface du gâteau et donner cette fine croûte.

LA LISTE (la chef dit pour un moule à brownie de 27 x 18 cm, devine, c’est pile la taille du mien) :

445 g de chocolat noir répartis de cette façon : 320 g + 125 g
125 g de chocolat au lait (prenez avec un maximum de pourcentage en cacao)
140 g de sucre glace
140 g de cassonnade (la plus humide possible)
160 g de beurre doux
4 oeufs
1/2 cuillerée à café de pâte de vanille (ou d’extrait liquide)
110 g de farine (j’ai pris de la T 55)
20 g de cacao (pur) en poudre
1/2 cuillerée à café de levure
1 pincée de fleur de sel

ON COMMENCE :

Préchauffez le four, à 180°, chaleur tournante en positionnant la grille de façon à ce que, lorsque vous y poserez le moule, la surface du gâteau soit bien sous la ventilation (ne collez pas trop au fond pour que l’air circule bien).

Faites fondre, au bain-marie ou au micro-ondes, en plusieurs étapes pour ce dernier, et en remuant entre les étapes, le beurre coupé en petits morceaux et les 320 g de chocolat noir en pistoles ou haché, dans un grand saladier.

Pendant ce temps, mélangez les poudres, sauf la fleur de sel, et tamisez-les dans un second récipient.

Dans un troisième, fouettez les oeufs, avec les sucres et l’extrait de vanille, ajoutez aux chocolat et beurre fondus. Lorsque tout est homogène, ajoutez les poudres tamisées, mélangez bien, terminez en incorporant la fleur de sel, le chocolat au lait et le reste de chocolat noir hachés.

Graissez le moule, tapissez-le, fond et bords, de papier cuisson :

garnissez-le de la préparation en tapant un peu le fond pour bien la répartir uniformément :

Enfournez, à 170°, pour entre 20 et 25 mn. La surface doit faire une croûte bien sèche et le gâteau doit trembloter légèrement.

Laissez refroidir avant de couper en carrés de 4 cm, et de servir avec de la glace vanille, de la crème épaisse ou une crème anglaise, pour ceux qui trouveraient ça un peu light sans… Kirsten indique qu’on peut les congeler, dans un film plastique, environ un mois (mouais, à voir s’il en reste…) ; je les aime aussi un peu rassis ou après un passage de quelques heures au frigo.

 

 

No Comments Yet

Leave a Reply