Congolais

Q
Quand il reste des blancs d’oeuf, qu’on en a marre des Meringues et qu’on a fait le tour des Financiers (pour ceux qui n’en ont pas fait le tour il y en a  ici et ici), il y a les Congolais, régressifs, addictifs, inratables.

Les Congolais, c’est souvent très, très sucré, avec autant de sucre que de noix de coco, ce qui n’est pas le cas ici. Allez on prépare le thé et on s’y met, ça va vite.

LA LISTE (pour une quinzaine de pièces) :

200 g de noix de coco rapée
150 g de sucre en poudre
3 blancs d’oeuf (selon la taille, si ce sont des petits, mettez-en plutôt quatre)
1 bouchon de rhum ambré (facultatif mais ça parfume très légèrement, relève le goût de la noix de coco, et l’alcool s’évapore à la cuisson)

ON COMMENCE :

Préchauffez le four à 240°.

Dans un saladier, mélangez bien le sucre et la noix de coco, ajoutez les blancs d’oeufs mousseux (fouettez-les un peu) et le rhum. Mélangez bien pour obtenir une pâte homogène.

Avec les mains mouillées à l’eau froide, façonnez des petites boules que vous déposerez sur une plaque à pâtisserie recouverte d’un papier cuisson.

Enfournez pour une dizaine de minutes à 220°, laissez refroidir sur une grille et dégustez avec un thé ou un café, non sucré, c’est encore mieux.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Une réflexion au sujet de « Congolais »

Laisser un commentaire